Mohamed Aouragh

Accueil » Poèmes » CONTEUR DE L’AFNA*

CONTEUR DE L’AFNA*

Le Chergui enflamme
La place de l’Afna*
Semant des grains de sable
Arrachées aux dunes dorées…

L’érudit enchanteur
Dernier conteur
Une bouteille Sidi Ali
Posée à ses pieds
Sur un vieux tabouret
Son parchemin jaunit
Barbe grise fournie
Djellaba immaculée
La parole aux aguets
Il conviât l’assemblée
De se rapprocher…

Dès que l’Halka* s’est formé
D’adeptes et d’estivants
De curieux et vagabonds
Le conteur avale une gorgée
Prononce la Basmala*
Invoque Les Sept Saints*
Embrasse ses mains
Et dicte la formule
Il était une fois
Ensuite lance le récit…

La suite du poème dans mon livre
Cris du Maroc – Gap Editions

Marrakech juillet 1989

Cris du Maroc – Gap Editions

L’Afna* : grand place à Marrakech
L’Halka* : cercle de spectateurs autour du conteur
Basmalla* : expression en langue arabe utilisée notamment pour commencer les sourates du Coran
Sept saints* : les saints de Marrakech


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Mohamed Aouragh on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :